WOIPPY doit vivre dans la paix urbaine

Rachid BOUFERMEL

"La peur, l'indifférence et le laxisme font la force de la délinquance."
 

L'insécurité à WOIPPY constitue un grave problème auquel la municipalité en place ne sait pas faire face.

Nous affirmons qu'il ne saurait y avoir de liberté sans sécurité.

La délinquance a augmenté dans des proportions inquiétantes. Nous plaçons la sécurité au premier rang de nos préoccupations. Nous devons y faire face avec fermeté en engageant des mesures de grande ampleur.

La délinquance des mineurs est en forte augmentation. C'est un problème dont il faut mesurer la dimension. On a souvent le sentiment qu'il existe une impunité de fait. Cette impunité confère à ses auteurs un statut particulier au sein de la communauté. Cela est intolérable.

Le maire dispose de pouvoirs de police étendus. A WOIPPY, ils ne sont pas utilisés. Les exemples de nombreuses violences qui font l'objet de classement sans suite découragent la plupart des responsables, ce qui les amène à rejoindre le parti des autruches. Pourtant la sécurité individuelle représente plus que jamais une attente et une nécessité. La violence est malheureusement une donnée permanente de nos sociétés. Elle doit être découragée. Elle est pour l'essentiel favorisée par le développement du chômage et de toutes les formes d'exclusion qui engendrent inévitablement la constitution de groupes sociaux subissant ou vivant dans la marginalité et adoptant des comportements de rejet.

WOIPPY n'est pas épargnée par la délinquance. Aucun quartier n'est épargné. En 1999, près de 2.000 délits ont été commis à WOIPPY dont 1.100 ont fait l'objet d'une déclaration ou d'une constatation. Parmi ces délits, citons le vol de véhicules. En 2000, une voiture est volée tous les 3 jours. Actuellement, dans notre commune, on compte un policier pour 2.000 habitants. Entre le laxisme qui caractérise la municipalité et la répression, il faut trouver un juste milieu; mais en tout état de cause, la situation ne doit plus continuer ainsi.

L'ordre républicain n'est plus assuré la loi républicaine plus respectée L'insécurité s'accentue gravement.

La peur, l'indifférence et le laxisme font la force de la délinquance. L'ignorance, le chômage et l'exclusion en sont les ferments les plus actifs.

Face à ce fléau, la municipalité ne fait pas son travail, se masquant derrière la compétence de l'État. Pourtant, les collectivités sont en première ligne en matière de sécurité et le maire est chargé légalement de la sécurité publique. D'ailleurs, qui est plus proche du citoyen, si ce n'est l'élu local ? L'initiative des actions à envisager revient d'abord à la commune, soutenue par l'État.

Dès que l'on évoque ce sujet, certains élus se retranchent derrière une politique difficile à comprendre : celle de l'autruche ! La sécurité ne doit pas être un sujet tabou. C'est devenu un grave fait de société. Il ne faut pas craindre d'en parler.

A WOIPPY, il faut inverser la situation et interdire les zones de nondroit où même la police hésite à se déplacer. WOIPPY, à l'instar de beaucoup d'autres communes, doit instaurer une permanence la nuit et le week-end. La police municipale doit être renforcée, son rôle défini, son action déterminée, sa fonction active et pas uniquement représentative. Il est urgent de réformer l'utilisation des forces de police.

Vous êtes agressé à SAULNY, vous appelez la gendarmerie de WOIPPY.

Vous êtes agressé à côté de la gendarmerie de WOIPPY, vous appelez le commissariat de METZ. Cet exemple illustre la stupidité du système. La municipalité n'a jamais rien fait pour remettre de l'ordre dans la réorganisation territoriale.

Une action de fond doit impérativement s'engager. Cette action sera coordonnée par l'État en relation avec les élus locaux concernés, les services de police, la justice, les enseignants et les travailleurs sociaux à partir d'un schéma global de prévoyance. Il est impensable que les vols restent impunis, que la police ne se déplace plus et que la municipalité se contente de mettre les problèmes sur le dos de l'État. Une permanence nocturne est le minimum à assurer. Depuis le 15 janvier 2001, la municipalité a instauré une permanence de nuit. Aurait-elle été d'actualité s'il n'y avait pas eu d'élections municipales ? Celle-ci doit être renforcée et non sommaire.

Il faut arrêter rapidement la vente de drogue qui se fait en plein jour sans que quiconque n'intervienne et prévenir la petite délinquance avant qu'elle n'atteigne des proportions insurmontables.

Face à l'échec du maire actuel, il nous faut inventer une nouvelle politique basée sur la sécurité des biens et des personnes.

Il faut traiter le sentiment d'insécurité né d'actes d'incivilité et de petite délinquance en articulant actions de prévention, de répression et de réinsertion.

WOIPPY doit vivre dans la paix urbaine.

Nadine LECOMTE

"L'ignorance, le chômage et l'exclusion sont les ferments les plus actifs de la délinquance."


"Il faut arrêter rapidement la vente de drogue qui se fait en plein jour."