Rétablir la sécurité
et l'ordre républicain !
Aujourd'hui, la délinquance gagne du terrain.

L'insécurité persiste à St-Eloy et Boileau-Pré-Génie et s'étend au Quartier du Roi, au Quartier de l'Hôtel de Ville...

Le maire actuel fait croire que la délinquance recule. II prétend augmenter les moyens de la Police Municipale... En fait, il assimile abusivement les emplois-jeunes à la Police Municipale pour « faire masse » alors qu'ils n'en ont ni la formation nécessaire et ni les prérogatives. Ces emplois-jeunes sont en fait des « agents locaux de médiation sociale », une fonction utile qui doit être revalorisée.

Le maire actuel soutient la réforme gouvernementale qui interdit aux policiers municipaux de porter des armes et de sortir après 23 h !!!

C'est comme ça d'ailleurs qu'il a toujours conçu la mission des agents municipaux : Le maximum de présence le jour, notamment le matin, quand les honnêtes gens peuvent les voir et se rassurer, et quand les voyous dorment. Mais la nuit, il ne veut surtout pas contrarier les dealers par une présence incongrue !

Une Police Municipale renforcée, de jour et de nuit !

Nous augmenterons les effectifs de la Police Municipale autant que nécessaire (30 agents s'il le faut) pour permettre la présence minimale de 6 agents de jour comme de nuit, puisque ni la Police Nationale, ni la Gendarmerie, ne dispose aujourd'hui des effectifs suffisants pour assurer cette présence.

Elle sera formée par de véritables professionnels et utilisée en articulation avec la Police Nationale, la Gendarmerie et les Douanes.

Elle pourra ainsi déroger à l'interdiction de sortie de nuit et de port d'armes, dans le cadre d'une convention avec la Préfecture.

Chaque nuit, le nouveau maire ou un adjoint sera d'astreinte pour toute intervention ou constat en tant qu'Officier de Police Judiciaire.

Pour «mâcher» le travail de la Police et de la Justice, nous leur transmettrons le maximum d'informations après les avoir collectées auprès des services municipaux ou par des citoyens qui pourront, pour éviter tout risque de représailles, conserver l'anonymat.

« Tolérance zéro » pour la délinquance.

« Tolérance zéro » : Nous ne laisserons aucune faute impunie, la sanction devant être proportionnelle et commencer par réparer les dégâts.

Pour chaque délit, même ceux qu'on appelle pudiquement « incivilités », nous soutiendrons les victimes, nous porterons plainte et suivrons au plus près la procédure judiciaire.

Le maire actuel ne cherche qu'y réduire le « sentimnent d'insécurité ».
François Grosdidier, lui, veut
réduire la réalité de l'insécurité!