Parti Socialiste LA LETTRE DES SOCIALISTES
de WOIPPY
Le mot du secrétaire

Les discours sur l'insécurité occupent depuis de nombreuses années une place primordiale dans le jeu politique français. La ville de Woippy n'échappe pas à cette règle.

Lors de sa campagne électorale en vue des municipales en 2001, M Grosdidier avait fait de l'insécurité le thème central de sa campagne fustigeant l'inaction de l'équipe municipale en place; il y trouvait un registre facile pour critiquer la gestion des sortants.

Devenu le premier magistrat de la commune, M. Grosdidier passait aux actes, son discours s'accompagnait de mesures concrètes. Ainsi la police municipale s'est vu doter de moyens disproportionnés: effectifs passant de 7 agents à 30, nouveau commissariat aux allures de bunker planté au beau milieu d'une zone dite sensible, des véhicules imposants, des motos, des gilets pare-balles, des flash ball... Bref, les voyous allaient trembler. Quatre ans plus tard, les événements nous montrent qu'en matière de sécurité, gonfler les muscles ne suffit pas.

Nous pourrions instrumentaliser ces difficultés, nous n'en ferons rien, car assurer la sécurité est une mission difficile, qui nécessite la collaboration de nombreux professionnels et surtout celle des acteurs de la prévention.

La répression à elle seule ne peut répondre aux attentes des citoyens.

Il y a donc urgence à recréer les conditions d'un débat démocratique sur le traitement de l'insécurité.

Mise au point:

Dans le dernier numéro de Woippy Magazine page 34 « l'opposition municipale » vous pouvez lire « Malgré les demandes réitérées du Maire... » Comme cela s'est déjà produit, aucun article n'a été transmis car contrairement à ce qui est affirmé, aucune demande n'a été formulée aux quatre élus socialistes. Pour éviter ceci nous demandons à Monsieur le Maire d'indiquer les dates des prochaines parutions ainsi que les dates limites de transmission des articles.

Pascal JOST
Secrétaire du Parti Socialiste de Woippy