L'urbanisme à Woippy, après les promesses... les actes
"un programme très proche de celui qu'il critiquait avec vigueur mais en laissant les promoteurs privés beaucoup plus libres de décider des implantations des bâtiments, du type de logements construits et des prix"


Voilà maintenant trois ans que la nouvelle équipe municipale est responsable de l'avenir de Woippy. Il est temps de faire un premier bilan.
Si j'ai gardé le silence pendant cette première moitié de mandat, c'était pour pouvoir juger son action sur des faits réels et voir si elle concrétisait les beaux discours électoraux et agissait comme le laissait supposer les violentes critiques dont j'avais été l'objet.

Sur le choix des secteurs ouverts à l'urbanisation, je n'ai pas de remarques fondamentales à faire puisque ce sont ceux que nous avions définis et largement commencé d'acquérir à l'amiable. En revanche, nous n'avions pas chois de les ouvrir tous en terne temps pour éviter les mouvements de population trop brutaux comme Woippy en avait déjà connu.

Pour la ZAC de l'Hôtel de Ville, nous avions prévu de terminer l'opération avec deux petits programmes d'accession à la propriété pour diversifier les types d'habitat. Nous avions eu droit, pendant la campagne électorale, à des critiques virulentes sur ces projets : trop denses, trop de collectifs, trop de constructions, ...

Je constate que la nouvelle équipe, je devrais plutôt dire Monsieur GROSDIDIER, car le travail d'équipe ne saute pas aux yeux (les commissions sont plutôt des réunions pour présenter les décisions du Maire !), réalise un programme très proche de celui qu'il critiquait avec vigueur mais en laissant les promoteurs privés beaucoup plus libres de décider des implantations des bâtiments, du type de logements construits et des prix. Le résultat est visible par tous Rue Foch où la confrontation entre les maisons individuelles et les petits collectifs est d'une grande brutalité. Quant à la densité, parlons en ! Même remarque pour la rue de la Gare.

Monsieur GROSDIDIER nous a expliqué, lors d'un conseil municipal, qu'il n'avait pas réalisé en regardant les plans ce que cela donnerait une fois construit ! C'est tout l'intérêt de savoir s'entourer de professionnels compétents et de ne pas toujours tout décider tout seul.

Pour la ZAC de l'Hôtel de Ville, s'il y a bien eu quatre pavillons en moins, les deux immeubles en accession sont devenus un immeuble en accession et un immeuble en locatif social, de haute gamme il est vrai. J'ai encore dans les oreilles les paroles blessantes de Monsieur GROSDIDIER sur le trop grand nombre de logements sociaux construits dans la commune par ses prédécesseurs !

Que dire du choix architectural de l'hôtel de police, planté au milieu de ses grilles et barbelés ! J'espère que c'est pour faire peur aux délinquants. L'ennui c'est que tout le monde en souffre et que ce n'apparaît pas comme une preuve de respect pour les habitants des quartiers Est qui ont ce hangar sous les yeux tous les jours.

Comme nous l'avions envisagé, le centre social de St Eloy va être refait. C'est bien, c'était vraiment nécessaire. Mais il semble qu'il n'y ai rien de prévu pour améliorer son aspect extérieur. Ce serait une erreur car l'aspect extérieur des bâtiments publics participe à la qualité de la ville.

La rénovation urbaine engagée sur St Eloy et Pré-Génie avec l'aide de l'Agence Nationale de Rénovation Urbaine est une très bonne chose. Il est regrettable qu'elle ait commencé avec la réalisation d'un giratoire très coûteux qui, s'il facilite la vie de tous les automobilistes, n'apporte rien à la qualité de vie des quartiers. Restera t-il suffisamment d'argent pour intervenir dans tes quartiers?

Pour réaliser les nombreuses ZAC en cours, M. Grosdidier s'est-il donné les moyens de contrôler leur évolution compte tenu des dérapages très fréquents de ce genre d'opération ? Il ne devait pas y avoir de collectifs ! ; les parcelles devaient être grandes et aérées !; les prix raisonnables ! L'avenir très proche nous le dira. Je crains que les belles promesses ne résistent pas très longtemps à la logique de la promotion immobilière et à l'importance du coût des travaux et des frais financiers.

Attention, le taux d'endettement par habitant a déjà très fortement augmenté en deux ans ( + 41,8 % ).

Jérôme PRACHE
Ancien maire de Woippy