C O U R A G E
et sens des réalités
Woippy, le 8 mai 2002

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Les 9 et 16 juin, vous aurez à choisir votre député, c'est-à-dire votre porte-parole pour vous faire entendre par nos gouvernants, souvent si éloignés de nos problèmes et des réalités quotidiennes.

Vous me connaissez. En 93, vous m'aviez élu député de notre circonscription. J'étais jeune, 32 ans, et j'ai assumé dignement cette responsabilité.

En 97, mon bilan n'était contesté par personne. Relisez les documents de l'époque. Mes adversaires ne pouvaient m'attaquer que sur le plan de la politique nationale. Malgré un score bien au-delà des résultats habituels de ma famille politique dans la circonscription, j'ai été battu en triangulaire par le candidat PS.

J'ai alors repris mon métier de secrétaire général de Mairie, puis j'en ai changé pour connaître, de l'intérieur, le monde de l'industrie. Au sein du Groupe Précilor, j'ai pu voir, de la base, le décalage entre le monde du travail, le monde de l'entreprise d'une part et, d'autre part, la monde politique et administratif. J'ai beaucoup appris et retenu.

Sur le plan politique, je n'ai rien fait qui puisse gêner mon successeur. Celui-ci a choisi une conception plus traditionnelle du rôle du député. Simple maillon d'une majorité nationale, il a joué son rôle d'intermédiaire jamais contrariant, alors qu'au paravant, j'avais été le « poil à gratter » et le « grain de sable » de ma propre majorité à chaque fois que votre intérêt l'exigeait. Sur la sécurité comme sur la défense des communes minières, sur les mesures sociales dans la sidérurgie comme sur l'hôpital de Silvange, j'avais fait basculer certaines décisions gouvernementales.

J'ai toujours pris le taureau par les cornes, hier comme député et aujourd'hui comme maire de Woippy. Cette ville de 14 000 habitants est un parfait concentré des problèmes de la société française. Proche des plus humbles, j'ai touché et analysé ces dysfonctionnements de notre société que je veux dénoncer au plus haut niveau pour les corriger, en matière sociale comme en matière de sécurité.

Ce n'est pas entre la gauche et la droite que vous aurez à choisir. C'est entre deux conceptions de la fonction parlementaire :

Avec Jean-Claude Mahler comme suppléant, je vous présente ma candidature pour être un député utile et efficace, un porte-parole qui dise ce qui doit être dit, et un responsable qui agisse sur la réalité des choses.

François Grosdidier,
maire de Woippy,
vice-Président du Conseil Régional.