Lettre de votre Maire
Woippy, le 7 mai 2002
Mes chers Woippyciennes et Woippyciens,

Depuis maintenant un peu plus d'un an, j'ai l'honneur d'être votre maire.

J'ai tenu mes promesses et je me suis attaqué aux vrais problèmes qui rongeaient notre ville :

Nous n'en sommes qu'au début. J'entends continuer avec la même force.

Vous me connaissez mieux comme maire. Mais certains se souviennent que j'avais été votre député de 93 à 97. J'avais été élu jeune, à 32 ans, et j'ai assumé mon mandat sans démériter. Mais en 1997 : la dissolution, le contexte national... J'ai été battu en triangulaire par le candidat PS, maire de Maizières-lès-Metz. Woippy n'y a rien gagné.

Les 9 et 16 juin prochain, vous aurez à nouveau à choisir le député de la circonscription. J'ai décidé de présenter ma candidature.

c  Député, pourquoi ?

Pour deux raisons principales :

  1. Woippy doit être défendue. Elle ne l'est pas par le député actuel, maire de Maizièreslés-Metz. Sur les obus, il a été incapable d'obtenir du Gouvernement le déblocage du dossier entre les ministères de la Défense et de l'intérieur pour le transfert de ces armes à Suippes. Sur les subventions, il n'a jamais initié de dossier sur Woippy. Il s'est limité là encore à récupérer les décisions sur des dossiers poussés par d'autres, dont moi-même. Dernier exemple de récupération de mon action: l'ORU obtenue du Ministère de la Ville. Il faut que les dossiers de la Ville de Woippy soient enfin portés au plus haut niveau.
  2. Comme maire, je me heurte tous les jours à des aberrations dans les lois. Elles compromettent l'efficacité de notre Police Municipale. Exemples d'aberrations dans les lois votées par le PS :

D'autres absurdités législatives bloquent ou ralentissent la réalisation dé nos projets d'urbanisme.. Elles gênent l'insertion professionnelle de nos demandeurs d'emploi... Je touche du doigt ces aberrations. Je veux pouvoir faire adopter, â l'Assemblée Nationale, les modifications législatives nécessaires.

c  Député-maire, comment ?

Mon prédécesseur à la Mairie avait conservé son activité professionnelle. Moi, je l'ai totalement quittée depuis mon élection. Je partagé mon temps de travail, en moyenne 60 heures par semaine, uniquement entre la Mairie et la Région.

Si je suis élu député, j'abandonnerai mon mandat de vice-président du Conseil Régional. Je pourrai y conserver mon influence par mes responsabilités politiques, et mes amitiés par mes liens personnels.

Physiquement, la fonction parlementaire n'exige une présence à Paris que le mardi après-midi et le mercredi pendant les sessions. Je le sais pour l'avoir été. De plus, à l'époque du téléphone portable, fax et d'Internet, on lit le courrier, les notes et l'on décide en temps réel à Paris comme à Woippy.

Que je redevienne député ou que je reste vice-président de la Région, je conserverai donc toute mon autorité sur la municipalité et toute ma disponibilité pour vous, habitants de Woippy.

Je tiens au mandat de maire plus qu'à tout autre. De l'avis de tous les maires, il est la plus belle fonction élective, à la fois la plus concrète et la plus proche de la population.

A Woippy, compte tenu de la gravité de certains problèmes et de la force avec laquelle vous m'avez confié la Mairie il y a un an, je me sens investi d'une mission qui dépasse tout ce que j'ai connu. Je n'ai pas seulement la charge de « dossiers ». J'ai d'abord la responsabilité de familles qui ont porté sur moi l'espoir d'une vie meilleure et plus sûre. C'est plus important que tout.

Je resterai votre maire toujours aussi actif et disponible.
Simplement, je péserai plus lourd pour mieux défendre nos intérêts.

Vous remerciant de votre soutien,
je vous prie d'agréer, chères Woippyciennes, chers Woippyciens,
l'expression de mon entier dévouement.

Votre Maire,

François Grosdidier.