Daniel DELREZ,
candidat à METZ 1
Pourquoi je suis candidat ?


« Il y a eu la Marseillaise, sifflée une après-midi d'automne au stade de France... puis re-sifflée dimanche dernier Un symbole de la République, parmi d'autres, à nouveau conspué. Ignorer aujourd'hui la République, c'est ignorer notre histoire. C'est oublier toutes ces réformes toujours empruntes d'Humanisme, de Solidarité, de Laïcité, d'Universalisme et de Tolérance. C'est négliger les combats de la Gauche en faveur du suffrage universel, de la liberté d'opinion, de presse, de réunion et l'instauration de la loi fondamentale sur la liberté d'association. Ignorer la République, c'est gommer des mémoires l'égalité des chances avec l'organisation de l'école publique, laïque, obligatoire et gratuite.

Je suis candidat pour porter ces valeurs de la République. Les valeurs de la Gauche dans la République.

Les dernières élections présidentielles ont rappelé à l'ordre la République. Nous devons en tenir compte ' Le résultat de ces élections nous impose un vrai changement et non la reconduction des parlementaires sortants qui sont à l'origine de la situation dans laquelle notre pays est plongé.

Ancien conseiller général socialiste de METZ 1, je siège actuellement au Conseil Régional de Lorraine.

Je suis candidat car il serait désastreux que les prochaines élections législatives se résument à deux candidats o ciels . l'un du parti du président, l'autre du parti de celui qui voulait être président. La démocratie et la République, c'est autre chose que ce schéma là. Il n'est pas souhaitable de copier la vie publique américaine.

Dans notre circonscription, vous avez :

- D'un côté, un député sortant, qui se dit opposé aux cumuls mais qui n'a toujours pas démissionné d'un mandat malgré l'interdiction d'en conserver plus de deux (il est conseiller général, maire et député.

- De l'autre, un ancien député qui veut le redevenir et dont les thèses sécuritaires se rapprochent plus de celles du Front National que des valeurs républicaines.

Ils veulent, l'un et l'autre, que votre choix se résume à eux deux... rien qu'eux deux.. Personne d'autre. Deux maires qui cumulent et en veulent encore plais. L'un et l'autre ne voient ni la misère dans les quartiers ni le cortège de chômeurs s'agrandir. Pire, ils ont participé à la politique désastreuse qui a permis à Le PEN de se retrouver au second tour. Pendant ce temps, le suppléant de l'actuel parlementaire, M. GROS, se retrouve mis en examen dans le scandaleux dossier de l'OPAC.

D'un côté, une gauche molle et, de l'autre, une droite dure qui utilise la sécurité comme fond de commerce.

Devons-nous nous contenter de ces deux candidats officiels ? Souhaitez-vo-us que la vie publique se résume à cela ?

Si, comme moi, vous voulez le changement, alors, dites-le, le 9 juin prochain.

On ne peut se plaindre az. jourd'hui et voter demain pour les mêmes.

La vie est trop dure pour leur en laisser la gestion. »